Genre, féminismes et post-colonialisme au Maghreb et au Moyen-Orient

Reporté en septembre -16 au 20 mars

Ecole thématique

Présentation

Les études postcoloniales constituent une grille d’analyse précieuse des rapports de pouvoir Nord/Sud. Ce courant de pensée émet une proposition théorique forte, à savoir qu’au Nord comme au Sud, les héritages coloniaux façonnent les trajectoires individuelles et collectives, les pratiques, les discours, les représentations et les mouvements sociaux. Si ces études n’ont initialement pas été élaborées pour expliquer précisément les rapports sociaux de sexe, plusieurs travaux ont montré la nécessité de les mobiliser dans l’analyse de la construction du genre (Puar, 2012 ; Spivak, 2006 ; Abu Lughod, 2013). La « question des femmes » et les rapports de genre, politiquement centraux au Maghreb et au Moyen-Orient, ont été, depuis la fin du 19ème siècle, marqués par les colonialismes, les nationalismes post-indépendance, les capitalismes et impérialismes contemporains. Les études postcoloniales invitent à repenser les études de genre et féministes, principalement élaborées à partir des histoires des sociétés européennes. Construites par des chercheur.e.s issu.e.s de pays anciennement colonisés, ces études sont discutées dans certaines universités du Nord mais restent, en raison de divers facteurs, peu diffusées au Sud. Cette École thématique vise, dès lors, à opérer un déplacement épistémologique et pratique, en faisant dialoguer, à Tunis, les études postcoloniales et les études de genre portant sur le Maghreb et le Moyen-Orient. La révolution tunisienne de 2010/2011 s’est accompagnée de la création d’un grand nombre d’initiatives féministes qui offrent aux étudiant.e.s et aux chercheur.e.s une occasion inédite de renouveler les études de genre. Tunis apparaît ainsi comme le lieu idéal pour organiser cette École, initiée par Selima Kebaili (CRH) et Florie Bavard (CRH),  dont l’objectif est de favoriser les échanges et les rencontres entre étudiant.e.s/chercheur.e.s du Maghreb et du Moyen-Orient ou travaillant sur ces sociétés, de contribuer à la discussion, diffusion et réappropriation des outils théoriques et méthodologiques issus des études féministes et post- coloniales. Dans la lignée de ces dernières, l’École sera pluri-disciplinaire et rassemblera des étudiant.e.s/chercheur.e.s sociologues, historien.ne.s, anthropologues, politistes, linguistes, philosophes, etc.

Ecole thèmatique financée par Centre Maurice Halbwachs, Centre Max Weber, LabEx Tepsis, Centre de recherche historique, RTP Islam et chercheurs dans la Cité, ERC DREAM.

Programme

Lundi 16 mars

  • 9h-11h : Sélima Kebaili et Florie Bavard, Introduction: genre et situations postcoloniales
  • 11h15 -12h45 : Soumaya Mestiri, Décentrer le féminisme
    Discutante : Rania Majdoub
  • 19h-20h : Performance de Meriem Guellouz et Cécile Canut, Les Africain-e-s peuvent iels parler ?

Mardi 17 mars

  • 9h -11h : Amélie Le Renard et Ines Mrad, Rapports sociaux de race au Maghreb et Moyen-Orient
    Discutante : Maha Abdelhamid
  • 14h30-16h30 : Table-ronde : Genre et racisme en Tunisie
  • 17h-18h : Performance de Mohamed El Issaoui

Mercredi 18 mars

  • 9h -11h : Gianfranco Rebucini et Sofian Merabet, Sexualité en contexte postcolonial
  • 19h-20h : Table-ronde : Militantisme LGBT et rapports de pouvoir Nord/Sud

JeudiI 19 mars

  • 9h-11h : Sarah Barrières et Abir Kréfa, Le genre au Maghreb et Moyen-Orient: quelles révolutions depuis 2011 ?
    Discutante : Leyla Dakhli
  • 19h-20h : Florie Bavard, Diffusion documentaire Womahood

Vendredi 20 mars

  • 9h -11h : Jocelyne Dakhlia et Mariem Guellouz, Corps et orientalisme
    Discutante: Meryem Sellami

Lieu

Hotel Majestic
36, Avenue de Paris
Tunis
Tunisie