Transmettre la danse – Organiser (1)

Vendredi 2 avril de 9h-17h30 – Journée d’étude

Présentation

Histoire culturelle de la danse – 2021
Transmettre la danse : Organiser | Contaminer | Greffer

Cette année, nous proposons d’étudier des formes de la transmission en danse, entendue comme un ensemble d’actions, gestes et discours, énoncés oralement ou écrits, qui participent à la construction historique des danses et des communautés qui les pratiquent. Objet d’étude très vaste, la transmission a donné lieu à de nombreux travaux dépassant les frontières disciplinaires académiques pour penser la pédagogie, la consignation des danses, leur circulation, la restitution des danses du passé ou la création chorégraphique contemporaine.
Comme toute activité sociale historiquement, culturellement et géographiquement située, la pratique de la danse engage la production de biens matériels et symboliques qui favorisent les transmissions des danses : des pratiques et des techniques de danse ; des savoirs sur le corps et les danses ; des traces d’évènements, de rites, de divertissements, d’œuvres, de répertoires ; des transactions financières, des biens économiques ; des lieux plus ou moins spécifiquement consacrés à la pratique ou à la transmission des danses. Les activités sociales liées à la danse ont en partage la production de normes – coutumes, traditions et instruments juridiques – qui définissent les modalités d’accès des acteurs historiques aux pratiques, aux savoirs, aux institutions et collectifs qui encadrent la production des danses. Les acteurs historiques produisent ainsi des valeurs sociales, culturelles, religieuses et morales, s’échangent des représentations et des imaginaires sociaux qui s’adressent à des publics différenciés. Les modalités de transmission des danses s’appuient sur le genre, l’âge, l’origine sociale ou professionnelle, l’ethnicisation ou la racialisation des praticiens. Ces facteurs et processus contribuent à construire les notions de tradition ou d’innovation, établissent des canons culturels, catégorisent les pratiques de danse, conditionnent les appropriations et réappropriations, enfin, favorisent l’intégration ou l’exclusion des acteurs dans les communautés.
Le séminaire s’organise en forme de trois journées d’études qui privilégient l’exploration de trois axes thématiques : (1) « Organiser » qui aura pour objectif d’interroger les cadres juridiques et institutionnels qui ont pu façonner ou contraindre l’acte de transmission en danse ; (2) « Contaminer » qui portera sur la communication des danses et donnera une attention particulière à l’histoire des pouvoirs de l’imagination et à l’éloquence des gestes lors de la circulation, la réception, et la transformation des pratiques de danse hors-la-scène ; enfin (3) « Greffer », invitera à une perspective décentrée de l’histoire de la danse et proposera de réfléchir à une éthique de la (ré)appropriation des savoirs corporels (non)occidentaux, des notions d’étrangeté et d’altérité qui y sont liées.

Inscription obligatoire : http://listsem.ehess.fr/courses/368/requests/new.

 

Programme Organiser

  • 9h00-9h15 : Accueil des participants
  • 9h15-9h30 : Elizabeth Claire
    «
    Présentation des trois journées d’étude sur « transmettre »
  • 9h30-10h : Emmanuelle Delattre-Destemberg, Vannina Olivesi
    « Introduction au thème « organiser, instituer les transmissions »
  • 10h-10h45 : Adrien Belgrano (EHESS-CRH
    « Danse et formation du jeune noble dans le Jehan de Saintré d’Antoine de la Sale »
  • 11h-11h45 : Marina Nordera (Université Côte d’Azur, Ctel)
    « Éléments pour une approche micro-historique de la transmission du métier de danseuse au cours du long XVIIIe siècle »
  • Discussion (11h45-12h30)
  • Pause déjeuner
  • 14h00-14h15 :  Accueil des participants
  • 14h15-15h00 : Bénédicte Jarasse (Paris III Sorbonne Nouvelle)
    « Généalogies réelles, généalogies imaginaires : l’invention d’une mémoire chorégraphique dans les écrits sur la danse au XIXe siècle »
  • 15h-15h45 : Léa Weill (Ecole des Chartes et UPHF)
    « Transmettre l’idée de prestige culturel de la France par le Corps de Ballet de l’Opéra de Paris sous l’Occupation (1940-1944) »
  • 16h-16h45 : Sylvie Jacq-Mioche (École de danse de l’Opéra national de Paris)
    « Perspectives et enjeux de la vulgarisation en matière d’Histoire de la danse »
  • Discussion (16h45-17h30)

Lieu

EHESS (Salle 7)
105, boulevard Raspail
75006 Paris